Manifeste

L’énergie est un bien commun. 

Contre la folie nucléaire et fossile, pour une autre politique énergétique, climatique et sociale. 

Le gouvernement Vivaldi veut confirmer la sortie du nucléaire en 2025, prévue dans la loi de 2003. Il compte remplacer les capacités nucléaires par des centrales au gaz mises en route quand les renouvelables ne produiront pas assez de courant. Pour inciter les producteurs d’électricité à développer ces centrales intermittentes, l’Etat leur offre un subside appelé « mécanisme de rémunération de capacité ». On parle ici de 614 à 940 millions d’euros par an pour éventuellement prévenir une pénurie d’électricité quelques heures ou quelques jours par an.(1) 


La décision définitive sera prise en novembre 2021, quand le gouvernement aura vérifié que la sécurité d’approvisionnement en électricité est assurée. Le propriétaire des sept réacteurs nucléaires, Engie-Electrabel, a réagi en exigeant du gouvernement une décision immédiate, au plus tard en janvier 2021. Ne l’ayant pas obtenue, il prépare l’arrêt des centrales en 2025. 


Ces événements ont soulevé une tempête de déclarations qui sèment l’inquiétude quant aux conséquences de la sortie du nucléaire sur les émissions de CO2, sur les prix, sur l’emploi et sur la sécurité de l’approvisionnement en courant. Le vrai et le faux sont savamment mélangés au point que la population ne sait plus à quoi s’en tenir. 


Le fond du débat est souvent occulté par les arguments d’autorité des partisans du nucléaire. Ils mettent en avant leur expertise technique… qu’ils protègent en refusant la transparence dans l’accès aux données. Par cette attitude technocratique, couplée à de coûteuses campagnes publicitaires, les nucléocrates ont créé un climat malsain, propice aux thèses complotistesComme l'ont écrit Jean-Claude André (directeur de recherches au CNRS), Ariane Métais (productrice de films documentaires) et Barbara Redlingshöfer (Ingénieur à l’INRA) : “Le nucléaire et la démocratie n’ont pas d’atomes crochus”.(2) D’autres chercheurs/euses le confirment: le manque de transparence propre à l’industrie nucléaire est une caractéristique systémique qui rend l’usage de l’énergie atomique incompatible avec le débat permanent nécessaire à la démocratie (id.). Le mépris nucléocratique du citoyen s’est encore matérialisé récemment en Belgique, au travers de la consultation publique sur la gestion des déchets nucléaires que l’ONDRAF a voulu maintenir en plein confinement, au printemps 2020, alors que la crise sanitaire laissait peu de place à ce débat dans les médias, et le rendait quasiment impossible dans l’espace public.


Face à cet accaparement, les signataires de ce texte veulent en premier lieu rétablir quelques vérités. Porté par des associations, des groupes d’action et des organisations, ce Manifeste est un point de départ et une déclaration d’intentions en faveur d’un projet de société à la fois social et écologique. Nous nous réservons la possibilité de l’adapter et de le compléter au fil de notre action.

Les partisans du nucléaire nous disent que nous devons absolument prolonger de dix ou vingt ans Tihange 3 et Doel 4 pour éviter des pénuries de courant, voire un black-out. C'est faux.

Created with Sketch.

En 2018, plusieurs réacteurs nucléaires ont été arrêtés pendant des mois suite à des pannes. Même quand il n’y a eu qu’un seul réacteur en activité, pendant un mois, il n’y a eu ni black-out ni délestage - l’importation de courant a permis d’éviter des coupures. Depuis 2018, la part des énergies renouvelables a augmenté et elle augmentera plus vite à l’avenir, car toutes les autres sources d’énergie sont en train de se réduire, que les renouvelables sont indispensables pour arrêter la catastrophe climatique et que l’électricité produite par les renouvelables est devenue moins chère que l’électricité produite par les fossiles et le nucléaire. (3)

Les mêmes nous disent que le nucléaire doit être prolongé parce qu’il n’émet pas de CO2. Ce n'est pas exact.

Created with Sketch.

On ne doit pas confondre les centrales et la filière nucléaires. Les centrales n’émettent presque pas de CO2, c’est vrai, mais la filière en émet : extraction du minerai, raffinage, transport, construction des centrales, gestion des déchets, démantèlement. Toutes ces opérations émettent du CO2 mais aussi d’autres substances, qui posent des risques pour la santé et ont des impacts combinés possiblement magnifiés. L’extraction émet de plus en plus de CO2 parce que les meilleurs gisements tendent à s’épuiser, de sorte qu’extraire une même quantité de minerai demande de plus en plus d’énergie. Si on compare les émissions des différentes sources d’énergie au niveau des filières (Life cycle assessment), le nucléaire émet beaucoup moins de CO2 que le charbon, le pétrole et le gaz. Il en émettrait moins que le solaire photovoltaïque (ce n’est pas sûr et les données évoluent très vite), mais plus que les éoliennes (4)



Ensuite, on ne peut pas se prononcer pour ou contre le nucléaire sur la seule base de la quantité de CO2 qu’il émet (5). Ce serait un peu comme se prononcer pour ou contre le budget militaire sur la seule base du fait que l’armée assure des missions d’aide aux civils en cas de catastrophe… Nous devons pour ainsi dire faire la paix avec la planète, et nous devons pour cela, notamment, passer d’urgence aux énergies renouvelables (6). Le nucléaire n’en est pas une, entre autres parce que les réserves de minerai sont limitées et qu’aucune solution n’est en vue pour résoudre le problème des déchets. De plus, les liens du nucléaire civil avec le nucléaire militaire sont opaques. Enfin, la technologie est inaccessible à la plupart des pays dits « en développement », de sorte qu’elle suppose le maintien de relations inégales avec le Sud global (notamment avec certains pays producteurs d’uranium comme le Niger). (7)

On nous dit que le nucléaire est sans risque, ou que le risque est extrêmement faible. Si c’était vrai, pourquoi les compagnies d’assurance refuseraient-elles d’assurer le risque nucléaire ?

Created with Sketch.

Il ne faut pas confondre risque et probabilité. Le risque, c’est la probabilité multipliée par l’impact possible. La probabilité d’accident est très faible, mais l’impact peut être énorme. Le risque est donc grand et très réel. En réalité, il est impossible de l’assurer. La zone évacuée à Tchernobyl est de 2600 km2. À Fukushima, elle a été de 1100 km2, et ramenée aujourd’hui à 370 km2. Chez nous, des superficies de cet ordre impliqueraient d’évacuer définitivement Liège, Maastricht, Anvers, Bréda…Outre ce risque d’accident au niveau des centrales, il faut rappeler la possibilité d’accidents pendant le transport des déchets radioactifs.


Le problème de la décontamination des déchets reste sans solution. Comme on le sait, certains de ces déchets resteront dangereux des milliers, voire des dizaines de milliers d’années (8). Leur stockage géologique est présenté par l’ONDRAF comme la solution de “sûreté passive”. Il s’agit en réalité d’un abandon pur et simple de matériaux dangereux dans des profondeurs et conditions qui rendront tout accès et décontamination extrêmement difficiles, voire impossibles. L’entreposage en sub-surface (à quelques dizaines de mètres de profondeur), par contre, laisserait aux générations futures la possibilité d’accéder aux déchets pour mieux les gérer grâce à d’éventuels progrès scientifiques futurs. Ce choix coûtera certes plus cher, et comporte ses propres incertitudes, mais il offre l'avantage de garder l'héritage empoisonné sous les yeux, de perpétuer le débat qui l'entoure, donc de contribuer à ce que le lobby du nucléaire paie la facture (s’il existe encore.)… (9) 


Les risques à tous les niveaux sont accrus par la tendance à la précarisation de l’emploi. Sur 7000 emplois dans le nucléaire, 5000 sont “indirects ou en sous-traitance” (selon le « Forum Nucléaire » lui-même). Les sous-traitant.e.s subissent jusqu’à six fois plus d’irradiation car ils travaillent durant les arrêts de tranches. Ces “nomades du nucléaire” cumulent de multiples déplacements, des conditions de travail et de logement pénibles, une moindre rémunération, et la pression de leur employeur pour ne pas divulguer l’irradiation subie. Enfin, leur formation serait moins poussée que celle des employés statutaires. Par le recours à la sous-traitance, les exploitants des centrales nucléaires augmentent les dangers pour les travailleurs et les risques d’accidents dont les conséquences pourraient s’étendre bien au-delà des périmètres de sécurité des centrales. (10)


La menace, enfin, est aussi politique : le nucléaire implique des secrets, couverts par une gestion centralisée, sécuritaire, et technocratique de la société. Il s’accorde mal avec le droit de grève et les autres droits démocratiques. Les renouvelables, au contraire, offrent l’énorme opportunité d’une production décentralisée, qui ouvre à son tour la possibilité d’une réappropriation publique, démocratique et participative de l’énergie… À condition que la volonté politique existe. À condition aussi qu’un travail d’éducation populaire et de construction d’un mouvement citoyen permette aux populations de se saisir des enjeux.


L’énergie nucléaire est une énergie de mort. Des réglementations à divers niveaux ont mené à protéger jusqu’à un certain point ce qui relève du bien commun mais l’étendue de ces progrès, le temps nécessaire pour les obtenir, et/ou la prise en compte du principe de précaution restent tributaires d’intérêts économiques, de lobbies industriels et autres rapports de forces. Les choix et les hiérarchisations opérées avec ou sans débat de ce que serait un risque « acceptable » (et pour qui) posent question. 

On nous dit qu’un système 100% renouvelables fera inévitablement exploser les prix de l’énergie, de l’électricité notamment. C'est faux.

Created with Sketch.

Répétons-le: les renouvelables sont désormais moins chères que les fossiles. Par contre, le prix des nouvelles centrales nucléaires explose. C’est le cas de l’EPR de Flamanville: il a déjà coûté 10,5 milliards d’Euros (deux fois et demi plus que prévu) et sa construction a sept années de retard (la Finlande fait la même expérience). L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) dit que le solaire est « la source d’énergie la moins chère de l’histoire ». Selon son rapport 2020, au cours des dix prochaines années, 80% des investissements globaux dans la production électrique se feront dans les renouvelables. L’AIE précise que ce sera le cas même si les Etats ne se rangeaient pas à l’obligation de renforcer leurs politiques climatiques. (11) Le problème n’est pas que les renouvelables sont plus chères mais que les gouvernements n’ont pas mené de politique cohérente pour les développer. C’est particulièrement le cas en Belgique. Bien qu’ENGIE ait compris vers 2012 que l’avenir énergétique serait exclusivement renouvelable (au point que la multinationale, aujourd’hui, n’investit plus que dans les énergies vertes!), les gouvernements de notre pays n’ont cessé de s’incliner devant la volonté d’Electrabel de prolonger sa poule aux œufs d’or nucléaire. Du coup, notre pays est à la traîne. Alors que la part des renouvelables frôle 20% en Europe, elle n’est que de 11,7% en Belgique. L’objectif à atteindre était pourtant un des plus bas de l’UE : 13%.

On nous dit que la fermeture des centrales nucléaires mettra 8.000 personnes au chômage. Fallait-il continuer à exploiter l’amiante pour sauver l’emploi ? Faut-il maintenir les productions nocives au vivant sous prétexte que des gens y travaillent ? Non.

Created with Sketch.

Il faut leur offrir une alternative et une formation permettant leur reconversion collective dans une activité utile à la société, sans perte de revenu. Les soins à apporter aux personnes et aux écosystèmes offrent quantités de possibilités pour des emplois de qualité et le développement du secteur public, parapublic et associatif. Par ailleurs, il faudra bien démanteler les centrales. C’est un travail dangereux, mais on ne peut malheureusement pas s’en passer; il nécessitera un personnel qualifié nombreux et durera des années. La même chose vaut pour la surveillance des déchets, en particulier dans le cas de leur entreposage temporaire et renouvelable, en subprofondeur. 


Théoriquement, le coût du démantèlement est à charge d’Engie Electrabel. L’entreprise verse pour cela une « provision nucléaire » mais celle-ci a été sous-estimée délibérément. Le comble: les provisions sont versées à Synatom, une filiale d’Engie qui les a prêtées à 75% à Engie-Electrabel. En dernière instance, les actifs d’Engie sont censés servir de garantie, mais la multinationale cherche à les réduire, notamment par des ventes de filiales. Si l’entreprise dépose le bilan, ses actionnaires seront saufs, mais la collectivité devra essuyer les plâtres. (12) Les déclarations alarmistes sur les « 8000 chômeurs/euses » détournent l’attention de cet énorme scandale, qui souligne la nécessité que l’énergie soit un bien public. 

On nous dit que le nucléaire et les renouvelables se complètent très bien. C'est faux.

Created with Sketch.

Le nucléaire et les renouvelables sont incompatibles. La production nucléaire est quasi-constante, tandis que celle du solaire et de l’éolien dépend des conditions météorologiques et astronomiques. Pour que deux dispositifs techniques soumis à des contraintes aussi opposées fonctionnent ensemble, il faut que l’électricité produite par l’un ait la priorité sur l’électricité produite par l’autre. Comme le nucléaire fonctionne à production constante, il est prioritaire sur les renouvelables, qui servent de complément. Dans ce mix nucléaire-renouvelables, on a alors besoin, pour répondre aux fluctuations de la demande, de centrales thermiques qu’on peut allumer ou éteindre à volonté. Or les centrales au charbon, au fuel ou au gaz émettent du CO2 et sont donc incompatibles avec l’objectif de l’accord de Paris sur le climat (« rester bien au-dessous de 2°C de réchauffement par rapport à l’ère pré-industrielle tout en continuant les efforts pour ne pas dépasser 1,5°C »). Conclusion: le nucléaire bloque le développement des renouvelables et incite à maintenir des centrales thermiques qui détraquent le climat. (13)

On nous dit que l’intermittence des renouvelables implique inévitablement des coupures dans l’approvisionnement en électricité. Non, ces coupures ne sont pas inévitables.

Created with Sketch.

Primo, il y a plusieurs sources renouvelables (vent, soleil, biomasse) qui ne produisent pas nécessairement en même temps. Secundo, certaines sources renouvelables peuvent produire en continu (géothermie, biomasse, courants marins). Tertio, une même source produit à des moments différents dans des régions différentes. Quarto, on peut stocker l’énergie renouvelable (par exemple: utiliser l’électricité pour produire de l’hydrogène qui sert ensuite à produire de l’électricité sans émission de CO2). Il y a des problèmes techniques, mais ils sont surmontables. A deux conditions : soustraire l’énergie à l’emprise du marché, et bien orienter la recherche. Or, en Belgique, les budgets publics de la recherche en énergie sont consacrés très majoritairement au nucléaire. (14) Il n’y aura des coupures que si cette incohérence continue.

On nous dit que, même si on évite des coupures, la variabilité des renouvelables limitera parfois la consommation d’électricité. Le problème doit être posé autrement.

Created with Sketch.

Qu’est-ce qui vaut mieux: continuer à détruire la planète en faisant tourner la machine de plus en plus vite, à coups de fossiles et de nucléaire, comme s’il n’y avait pas de limites à l’accumulation? Ou accepter les limites naturelles et en gérer les implications collectivement, dans la transparence ? Un système 100%% renouvelables ne menace nullement la satisfaction de nos besoins fondamentaux. Par contre, il implique de restreindre le superflu en fonction de ce que la nature nous donne. Organisons-nous pour le faire démocratiquement, dans la justice sociale, c’est-à-dire en garantissant à tous et toutes le nécessaire, un revenu digne, un emploi de qualité. N’est-ce pas ce que commande le bon sens? La réponse, selon nous, ne fait pas de doute. Cette conviction sous-tend notre engagement à travers ce Manifeste.

Concrètement, dans le cas belge, on nous dit que le remplacement de Doel 4 et Tihange 3 par des centrales à gaz multipliera les émissions de CO2 par quarante, de sorte que la Belgique émettra 100 millions de tonnes de CO2 supplémentaires en 20 ans. C’est faux et juste à la fois. 

Created with Sketch.

D’une part, il est vrai que les émissions de la filière gaz sont très supérieures aux émissions de la filière nucléaire (quarante fois ? peut-être plus, peut-être moins : l’incertitude vient du fait que les estimations d’émissions de la filière nucléaire varient dans la proportion de un à deux cent, comme on l’a vu plus haut). Mais il ne faut pas confondre les émissions dues à la production électrique et les émissions dues à la consommation énergétique globale. L’électricité couvre 17% de nos besoins énergétiques ; 48% de cette électricité est produite par sept réacteurs nucléaires ; cinq de ces réacteurs fermeront en 2025. Remplacer Doel 4 et Tihange 3 par des centrales au gaz augmenterait les émissions de la Belgique de 5% maximum.(15) D’autre part, la protection sur 20 ans est erronée car l’importance de ces centrales au gaz dans la production de courant diminuera au fur et à mesure de la montée en puissance des renouvelables et de la réduction de la consommation.

Toujours dans le cas belge, on nous dit que remplacer les réacteurs par des centrales au gaz fera automatiquement grimper les prix de l’électricité. Ce n’est pas si simple.

Created with Sketch.

D’une part, le courant produit dans les centrales au gaz est plus cher que celui des réacteurs nucléaires…dont l’investissement est amorti depuis plusieurs années. D’autre part, le vent et le soleil sont gratuits, de sorte que les renouvelables peuvent réduire le coût de production (une réduction accélérée par l’évolution technologique rapide, comme on l’a vu plus haut)… D’autre part, le prix augmentera si on recourt trop au stockage, ou à des investissements gigantesques dans des infrastructures de transport (comme la boucle du Hainaut), ou que les technologies « intelligentes » se substituent à l’intelligence des consommateurs. Autrement dit, l’évolution du prix dépendra plus du mode social d’utilisation des renouvelables que des renouvelables eux-mêmes: dans un système sobre, basé sur l’auto-limitation consciente et le droit à l’énergie, le prix baissera ; dans un système productiviste et consumériste aveugle, basé sur le profit, il augmentera. 

Ceci dit, il faut souligner que le coût de production ne représente qu’un tiers du prix payé par le consommateur. Les deux autres tiers viennent des coûts de transport, de distribution et des taxes. Quel que soit le scénario, les pouvoirs publics peuvent décider de les baisser. Le gouvernement peut décider de diminuer le taux de la TVA sur l’électricité, et même de la supprimer. Les gouvernements régionaux peuvent supprimer leurs propres taxes et abolir les nombreux prélèvements qui permettent aux communes de taxer les citoyens sans que cela apparaisse dans leurs centimes additionnels… Mais ne soyons pas naïfs: nos gouvernements nous promettent une politique sociale, mais maintiennent le cap sur une logique de marché qui limitera grandement leur disponibilité à prendre ces décisions courageuses. 

Dans son programme, le gouvernement fédéral s’engage pourtant à « compenser » le « mécanisme rémunération de capacité » versé aux électriciens, afin que la facture des consommateurs n’augmente pas. C’est exact. Mais comment le compensera-t-il? Qui va payer? 

Created with Sketch.

La compensation par l’Etat implique des ressources financières supplémentaires pour les politiques publiques. La question se déplace donc: quelle justice fiscale? Cela fait des décennies que « l’économie » et « l’emploi » servent de prétexte à des politiques fiscales de moins en moins redistributives. Il faudrait une vaste contre-réforme antilibérale pour réparer les dégâts et créer des marges de manoeuvre pour des politiques publiques, sociales et écologiques, dignes de ce nom. Ce tournant radical n’est visiblement pas à l’ordre du jour du gouvernement…

On nous dit que la politique du gouvernement est la seule réaliste dans le rapport de forces actuel, et qu’elle est à la fois écologique, prudente et sociale. Au lieu d’obliger les électriciens à payer toute la facture de la gestion des déchets et du démantèlement du nucléaire, le gouvernement leur offre des subsides pour faire du profit avec des centrales au gaz qui émettent du CO2. Collectivisation des pertes, privatisation des bénéfices et dégradation du climat! 

Created with Sketch.

Nous avons une autre conception du « réalisme ». Nous contestons catégoriquement l’idée que des centrales au gaz, émettrices de gaz à effet de serre, seraient nécessaires pour faire la soudure avec les renouvelables. Mais, à supposer qu'elles soient néanmoins implantées/imposées, le bon sens commanderait que ces centrales soient publiques, pour qu’on puisse les démanteler au plus vite. Sans cela, satisfaits du cadeau que la collectivité leur aura fait pour entretenir des capacités de production polluantes et souvent improductives, les producteurs privés d’électricité voudront maintenir celles-ci le plus longtemps possible, pour le profit (comme Electrabel l’a fait avec ses réacteurs nucléaires).


En réalité, pourquoi le gouvernement veut-il ces centrales au gaz? Parce qu’il s’incline devant le dogme capitaliste de la croissance infinie dans un monde aux ressources finies. Inutile de rappeler que cette perspective est irréalisable, et que ce dogme productiviste/consumériste est la cause fondamentale de la crise écologique et sociale. 

Nous plaidons pour une autre logique : diminuer les besoins en électricité en arrêtant les consommations absurdes ou nocives et en augmentant l’efficience dans l’utilisation du courant, dans un esprit de justice sociale. On nous dit que ce n’est pas possible…

Created with Sketch.

Réfléchissons. La Belgique est le seul pays du monde à éclairer une partie importante de ses autoroutes. La décision avait été prise pour garantir une production continue aux centrales nucléaires. Faut-il continuer dans la même logique productiviste? A quoi servira la 5G qui va doubler la consommation d’électricité associée aux réseaux mobiles d’ici 2030 ? A installer des millions de caméras à reconnaissance faciale pour surveiller nos mouvements et punir nos « mauvais comportements », comme en Chine ? A quoi bon renforcer constamment les capacités et les réseaux afin de diffuser des vidéos dont la haute définition fait la différence sur les écrans de cinéma, mais pas sur nos télévisions, et encore moins sur nos smartphones ? C’est aussi absurde que construire des voitures de luxe qui peuvent rouler à 240km/h quand la vitesse est limitée à 120 maximum… Et d’ailleurs, comment croire que tout le monde pourrait rouler en voiture électrique? 


Toute cette absurdité ne sert qu’à alimenter la soif de profit des multinationales et les goûts de luxe des plus riches, de sorte que l’inégalité sociale ne fait que croître. D’un côté, les plus riches consomment douze fois plus d’électricité que les gens modestes; de l’autre, un ménage sur cinq (21,2%) vivait en 2016 dans la précarité énergétique, et on comptait en 2019 111.000 compteurs à budget. (16) Il est évident que ces phénomènes s’amplifient suite à la pandémie de coronavirus. Une autre politique - sociale et écologique - est possible, nécessaire et urgente. Elle consiste à prendre les mesures structurelles indispensables au développement de comportements sociaux plus sobres ou seulement plus rationnels, que ce soit dans la façon de communiquer, de se mouvoir, de s’éclairer ou, surtout, de se mettre à l’abri du froid. L’impulsion pour cette autre politique ne peut venir que d’une conscientisation et d’une mobilisation forte dans la population. L’ambition de ce Manifeste est d’y contribuer. 

Changeons les rapports de forces, reprenons le chemin de la mobilisation

Le productivisme, le consumérisme, la destruction de la nature, les inégalités et l’autoritarisme croissants forment ensemble une spirale mortifère. Au lieu de rompre avec cette spirale, le gouvernement « Vivaldi » la prolonge. Sa politique est basée sur l’illusion qu’on peut sortir du nucléaire et sauver le climat 1°) sans arrêter le productivisme, le consumérisme, et l’inégalité sociale ; 2°) en laissant l’énergie aux mains du privé, sans faire payer les multinationales qui nous ont exposés à la fois à la peste nucléaire et au choléra fossile, pour leur profit ; et 3°) en continuant à brûler du gaz, donc à émettre du CO2. 


Cette logique de « capitalisme vert » est celle du « Green Deal européen ». D’ailleurs, les prochaines étapes du « réalisme » du gouvernement belge sont déjà tracées par l’Union Européenne. Le gouvernement prétendra éliminer le CO2 en excès en favorisant les plantations massives d’arbres dans les pays du Sud global (cette « compensation carbone » transforme les pays les plus pauvres en poubelles à CO2 pour le Nord) et en capturant le CO2 par des moyens technologiques, afin de le stocker sous terre (« technologies à émissions négatives ») (17). Aucune de ces solutions n’est satisfaisante, structurelle et sûre. Au lieu de prendre des mesures antiproductivistes, sociales et solidaires, le gouvernement pénalisera les individus pour leurs « mauvais comportements » non écologiques. Cette intention est déjà présente dans son programme puisqu’il prévoit d’instaurer « un instrument fiscal » (probablement une taxe sur le CO2) pour « décourager le plus possible l’usage des combustibles fossiles ».


Les rapports de forces, ça se construit. En 2018-2019, des millions de gens dans le monde sont descendus dans la rue pour dire « System change, not Climate change ». La pandémie n’a fait que souligner la nécessité et l’urgence d’un changement de système. Face aux tentatives de récupération de la cause climatique par les partisans du nucléaire, face aux impasses du capitalisme vert à la sauce Vivaldi, ce changement ne viendra que si nous nous emparons nous-mêmes de la politique, autrement. 


Nous ne sommes pas aveugles. Nous faisons le constat lucide de la difficulté à changer radicalement et collectivement les trajectoires de la société. En appelant à reprendre la mobilisation contre le nucléaire et son monde fossile, nous entendons contribuer activement à articuler les luttes sociales, écologiques, féministes, décoloniales contre l’adversaire commun. Ensemble, mettons en échec ceux qui veulent maintenir le système qui détruit à la fois l’humain et le reste de la nature. Ensemble, tissons nos liens, attelons-nous à construire de nouveaux rapports de forces au service de l’émancipation.

Signataires

Acteurs et actrices des temps présents (AATP), ADES, Association culturelle Joseph Jacquemotte (ACJJ), ATTAC Wallonie-Bruxelles, Dégaze/Tegengas, Extinction Rebellion Mons / Borinage, 

Féminisme Yeah, Formation Léon Lesoil (FLL), Gauche anticapitaliste, Habitant.e.s des images, Jeunes organisés & combatifs (JOC), La Nature sans Friture, Les Amis de la Terre Belgique asbl, Local autogéré du Borinage (LAB), Les Macrales, Mouvement Demain, Namur se bouge pour le climat, POUR, Students for Climate Liège, Tournai se bouge pour le climat, 

Tout Autre Chose Ath-Pays vert et Pays des Collines (collectif citoyen et altermondialiste)...



et

Bouli Lanners, Daniel Richard, Paul Hermant, Daniel Tanuro, Isabelle Loodts...